Biographie de Louis Bonn

 

Louis Bonn est né le 7 juin 1818 à Edenkoben dans le Palatinat. Il apprend la facture d’orgue chez son oncle Johann Ignaz Seuffert  organier à Kirrweiller[1] .Il vient tenter sa chance en France,  mais son parcours avant d’arriver à Tours reste peu connu. On peut supposer que Louis Bonn arrive à Paris. Il est vraisemblable qu’il aurait travaillé dans l’environnement de Louis Callinet. A ses débuts, il sert de contremaître à l’abbé Joseph Lapeyrère, représentant de l’abbé Larroque ; et Louis Callinet viendra travailler avec eux  au cours du premier semestre de 1844. 

Après la faillite de son employeur, et Louis Callinet reparti à Paris, Bonn reprend la clientèle en juillet 1844 et s’installe à Tours rue Baleschoux, dans les anciens ateliers de l’abbé Laroque.

Le 3 septembre 1844 il épouse Adrienne Zanger, fille d’un ébéniste ; de cette union naîtra un fils unique, Louis-Frédéric, le 31 mai 1849. Les relations avec son beau-père l’amènent à collaborer avec le menuisier Jean Lunel pour la construction des buffets.A part cela, il travaille seul.

Il restera à Tours jusqu’en 1870 où sa nationalité allemande va lui poser quelques soucis en raison du contexte politique de l’époque. La position délicate de Louis Bonn père est liée à la capitulation française et à l’occupation allemande à la suite de la guerre. Tours sera occupé du 19 janvier au 9 mars 1871. Louis Bonn qui a gardé sa nationalité allemande a été concerné par le décret du 16 septembre 1870 signé Crémieux, alors ministre de la justice par lequel  « tous les étrangers appartenant aux puissances avec lesquelles la France est en guerre doivent quitter le territoire sauf autorisation spéciale de séjour accordée par les préfets » .

La lettre d’exécution du décret donne 48h aux étrangers pour quitter la ville. Louis Bonn obtient d’abord le 20 septembre un permis de séjour, mais le préfet revient sur sa décision le 21 octobre. Louis Bonn quitte alors la ville et s’exile à Angers où il peut poursuivre ses activités. En 1871, il revient en Indre et Loire et va s’installer à Fondettes où  le retrouvera le recensement de 1872.

Louis Bonn meurt à Fondettes le 20 juillet 1881.  

Ayant pratiquement le monopole de la facture d’orgue en Touraine, Bonn construira de nombreux instruments dans le Centre-Ouest de la France. Ses œuvres sont inspirées par plusieurs écoles, et offrent un mélange subtil entre le style baroque allemand et classique français auquel s’intègrent les premières innovations romantiques. La structure de ses  orgues est très souvent la même d’un instrument à l’autre; un clavier de grand-orgue de 54 notes, un petit récit ayant  au maximum  42 notes, et un pédalier de 18 notes sans jeu ne pouvant être utilisé qu’en tirasse. Ses instruments ont été, pour la plupart, victimes d’une modernisation abusive, faute d’avoir eu une littérature qui leur fût destinée, au point que les témoins de cette facture sont rares.

 retour menu

 



[1] Petite ville au sud de Neustadt, non loin de Ludwigshafen et Mannheim.